Confiance dans la vie publique (Pt org.)

par Peu Stéphane

Je serai très bref puisqu’il ne s’agit que de rappeler des arguments qui ont déjà été exposés.

Ce texte a une portée limitée alors qu’il devait répondre à la crise de confiance qui frappe l’ensemble des responsables publics, et non les seuls élus, cela a été dit à plusieurs reprises. Ce grave problème posé à notre pays et à notre démocratie, vous n’avez pas voulu le traiter, limitant la portée de ce texte aux seuls élus, voire aux seuls parlementaires.

Non seulement vous avez esquivé ce grand sujet de la crise de confiance du peuple de notre pays envers ce qu’on pourrait appeler une oligarchie ou une élite, non seulement vous avez limité le périmètre de ces textes aux seuls élus, voire aux seuls parlementaires, mais vous avez repoussé toutes les tentatives d’établir des digues entre l’action politique, l’action parlementaire et le monde de l’argent en vous opposant aux amendements qui tendaient à limiter les risques de conflits d’intérêts, les activités de conseil des parlementaires ou encore le verrou de Bercy, tous sujets dont nous avons largement débattu.

Il y a certes quelques mesurettes salutaires mais elles sont loin d’être à la hauteur des enjeux.

Pour toutes ces raisons, nous nous abstiendrons. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe FI.)