Mayotte: une décolonisation inachevée

Suite à la déclaration du gouvernement sur la consultation des électeurs de Mayotte sur le changement de statut de cette collectivité, Monsieur Jean-Paul Lecoq, s'exprimant au nom des député-e-s communistes, républicains et du Parti de Gauche, a rappelé que le «cas Mahorais» empoisonne les relations franco-comoriennes depuis 1975.
Il a insisté sur le fait que la «départementalisation» de Mayotte n'était pas une simple formalité.
La séparation arbitraire de Mayotte, décidée unilatéralement par la France, viole, en effet, l'intégrité territoriale de l'archipel et suscite, légitimement, les condamnations internationales, notamment des Nations-Unies.
Conformément au droit international, Mayotte n'est pas un Territoire français d'outre-mer, mais un territoire comorien illégalement occupé par une puissance étrangère.