Pauvreté : un plan de "rachat" low-cost

par Dharreville Pierre

Le Président de la République a annoncé un plan contre la pauvreté. Même si quelques mesures sont bonnes à prendre, notamment en renforçant des dispositifs existants comme la garantie jeunes ou la CMU, il n’en reste pas moins que les réponses sont loin de répondre aux difficultés du quotidien de millions de personnes.
La compassion, aussi sincère soit elle ne peut suffire au rachat pour un Président qui a distribué les milliards aux plus riches au détriment de tous les autres depuis sa prise de fonction.
On peut critiquer les insuffisances de notre modèle social mais pas si c’est dans le but de mieux le démanteler. Par-delà les dispositifs spécifiques pour faire face à l’urgence, il faut une République des droits, une République de l’égalité, et certainement pas une République abandonnée aux premiers de cordée. Cela suppose un véritable service public de la petite enfance, cela suppose un service public de l’insertion renforcé, cela suppose de fixer le cap d’une prise en charge à 100% par la sécurité sociale des soins, cela suppose de ne pas briser le mouvement HLM et de développer l’offre publique de logements, cela suppose un véritable droit à la retraite, cela suppose une augmentation du SMIC et des salaires, cela suppose une nouvelle ère pour les personnes en situation de handicap… Et cela suppose de mettre en cause l’accaparement toujours plus important des richesses par un tout petit nombre, donc de ne pas s’en remettre en permanence au marché mais de pousser les feux des pouvoirs démocratiques.
Emmanuel Macron a donné beaucoup aux riches, il annonce aujourd’hui donner un peu aux pauvres. Ce plan est encore loin des ambitions nécessaires qui concernent l’ensemble de la société.