Suppression de la « sécurité sociale » dans la Constitution : la majorité recule, nous restons vigilants

Lors de l’examen du projet de loi constitutionnelle en commission, la majorité En Marche a
produit une tentative d’affaiblissement de la Sécurité sociale en s’attaquant à sa place dans
la Constitution.
Il a cherché à lui substituer le concept de protection sociale qui n’a pas la même solidité
juridique, ni la même portée symbolique et ne recouvre pas la même réalité.
Nous avons mis en lumière et dénoncé vigoureusement ce coup en douce mardi dernier,
estimant qu’il portait atteinte au système de droits et de solidarité universels de la Sécurité
sociale.
Nous sommes parvenus à faire échouer cette tentative : le rapporteur général Richard
Ferrand vient d’annoncer qu’il renonçait à cet amendement.
Nous restons d’autant plus vigilants que les attaques envers la Sécurité sociale se sont
multipliées depuis un an et qu’il y a tout à craindre pour son avenir au regard de ce qui a été
dit sur les aides sociales ou de ce qui est annoncé sur les retraites.
L’heure est à lui donner un nouveau souffle, pas à la remiser au grenier.

Les député-e-s communistes