Lecoq Jean-Paul

N'est plus député depuis le 19 juin 2012.

Date de naissance :  Né le 13 octobre 1958 à Le Havre (Seine-Maritime)
Circonscription :  Seine-Maritime (6ème)
Commission :  Secrétaire de la commission des affaires étrangères
Profession :  Fonctionnaire de catégorie B
Suppléant :  Mme Marie-Odile Lecourtois

Activité parlementaire

EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Depuis plusieurs semaines, la révolte gronde dans différents centres de rétention, que ce soit au Mesnil-Amelot, à Vincennes ou dans celui de Satolas près de Lyon. Des retenus protestent contre le sort qui leur est réservé et contre la véritable chasse à l’homme dont ils sont l’objet. Ces enfants, femmes et hommes vivent dans un climat de peur inadmissible. Chaque étranger devient un délinquant potentiel. Cette politique de stigmatisation des « étrangers », au mépris de toute solidarité, développe la xénophobie, et, à ce titre, gangrène la société française toute entière. Il faut rappeler que la privation de liberté qu’est la rétention administrative – contrôlée mais non décidée par la justice – devrait rester exceptionnelle et ne durer que le temps strictement nécessaire à l’organisation de l’éloignement. Lire la suite.
Mercredi, 13 février 2008
EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, La question des liens et des rapports entre le monde économique et les responsables politiques est une question majeure de notre vie politique. Pour limiter l’influence des puissances économiques sur cette dernière, la législation a, par des textes de 1988, 1990, 1993 et 1995, encadré progressivement le financement des partis politiques et des campagnes électorales, en allant jusqu’à interdire les dons des personnes morales. La question du « lobbying » est également posée, dans le cadre du travail parlementaire, et des restrictions à l’intervention des groupes de pression économiques dans le processus législatif sont en débat et devraient aboutir, pour le moins, à une modification du règlement des assemblées parlementaires. Enfin des incompatibilités interdisent le cumul de responsabilités politiques avec certaines fonctions économiques et des déclarations de patrimoine sont exigées de certains élus. Lire la suite.
Jeudi, 7 février 2008
EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Le 16 mai 2006, les députés communistes et républicains déposaient à la Présidence de l’Assemblée nationale une proposition de résolution tendant à la création d’une commission d’enquête sur les conséquences de l’absorption de Péchiney par Alcan, et sur les conditions nécessaires à la sauvegarde et au développement de la filière aluminium en France et en Europe. Cette proposition renvoyée devant la commission des affaires économiques, de l’environnement et du territoire, la majorité et le Gouvernement se sont toujours refusés à l’examiner et à permettre sa mise en œuvre en dépit des problèmes cruciaux pour l’industrie, la recherche et l’économie nationales qu’elle réclamait d’aborder. Or les évènements survenus depuis sur les plans industriel, économique et financier, et social ont confirmé toute l’urgence de cette démarche. Lire la suite.
Mercredi, 6 février 2008
Madame la présidente, monsieur le ministre, monsieur le rapporteur, mes chers collègues, l’examen de cette proposition de loi nous donne l’occasion de rendre un hommage appuyé au monde associatif. En effet, s’il est vrai que le monde associatif peut être considéré comme un gisement de nouveaux emplois, il n’en demeure pas moins que nous devons aux personnes qui s’y investissent professionnellement un minimum de garanties statutaires. Le principe du chèque emploi associatif permet aux associations à but non lucratif de faciliter leurs démarches administratives liées à l’embauche et à la rémunération de leurs salariés, car il se substitue au bulletin de paye et au contrat de travail. La seule condition jusqu’à présent requise est que l’association ne doit pas employer plus de l’équivalent de trois personnes à temps plein par an et ne pas les rémunérer au-delà de 1 607 heures chacun dans l’année. Lire la suite.
Mardi, 5 février 2008
M. le président. La parole est à M. Jean-Paul Lecoq, pour le groupe de la Gauche démocrate et républicaine. M. Jean-Paul Lecoq. Madame la ministre de l'économie, des finances et de l'emploi, une fraude de cinq milliards d'euros place la banque Société Générale sous le feu des projecteurs de l'actualité - et nous ne connaissons peut-être pas encore l'ampleur réelle des pertes, ni le nombre de ceux qui en tiré des profits directs. Lire la suite.
Jeudi, 31 janvier 2008
EXPOSE DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Les quartiers inscrits dans la géographie prioritaire de la politique de la ville ont été identifiés comme des quartiers relevant de difficultés socio-économiques telles que des mesures contractuelles spécifiques ont été engagées par l’État et de nombreux partenaires locaux afin d’améliorer les conditions de vie des résidants. De nombreuses dispositions spécifiques et des enveloppes financières conséquentes sont consacrées chaque année à un traitement particulier de ces territoires dont les habitants subissent de plein fouet les effets de la crise économique et le plus souvent de la discrimination à l’embauche. Lire la suite.
Mardi, 29 janvier 2008