Lecoq Jean-Paul

N'est plus député depuis le 19 juin 2012.

Date de naissance :  Né le 13 octobre 1958 à Le Havre (Seine-Maritime)
Circonscription :  Seine-Maritime (6ème)
Commission :  Secrétaire de la commission des affaires étrangères
Profession :  Fonctionnaire de catégorie B
Suppléant :  Mme Marie-Odile Lecourtois

Activité parlementaire

La parole est à M. Jean-Paul Lecoq. M. Jean-Paul Lecoq. Madame la ministre, s’il faut reconnaître une réelle mobilisation des agents de l’État dans nos territoires, on ne peut passer sous silence la complaisance de votre majorité à l’égard du patronat qui détruit les emplois viables. Je citerai deux cas révélateurs de ce que devrait être l’action de l’État dans nos territoires. L’usine M-REAL à Alizay dans l’Eure, usine performante dans le secteur stratégique de la production papetière et porteuse d’un projet biomasse CRE3 novateur en termes de développement durable, de loin le plus important en France. Son propriétaire finlandais ne vise qu’à supprimer l’outil de production en entravant toutes les propositions de reprise, y compris celle portée par le français Fin’Active. Les salariés mettent en avant un droit de réquisition et nous estimons que c’est bien ce qui s’impose pour que vive cette activité. Lire la suite.
Vendredi, 4 novembre 2011
Mme la présidente. Dans la suite des questions, la parole est à M. Jean-Paul Lecoq, pour le groupe GDR. M. Jean-Paul Lecoq. Tout à l’heure, j’ai posé une question qui concernait deux entreprises, déjà évoquées lors des questions d’actualité au Gouvernement ; je pensais donc que Mme la ministre les connaissait. L’une d’entre elles, Fralib, a même été évoquée pendant une semaine à la télévision. J’en ai donc choisi deux autres, un peu plus connues, des entreprises du CAC 40, pour illustrer mon propos de cet après-midi ; il s’agit toujours de la préservation des emplois, de l’accueil des apprentis et des stagiaires en vue de donner un emploi à nos jeunes. La société Aircelle, établie dans ma circonscription, dépend du groupe Safran, dont l’État est actionnaire à hauteur de 30 % du capital ; c’est pour cela que je prends cet exemple. Quel rôle l’État va-t-il jouer dans la délocalisation prévue des emplois ? Quel rôle jouent les membres du conseil d’administration ? Lire la suite.
Vendredi, 4 novembre 2011
EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Si l’égalité entre les hommes et les femmes figure dans le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 qui affirme : « la loi garantit à la femme, dans tous les domaines, des droits égaux à ceux de l’homme », force est de constater que ce droit n’est toujours pas devenu réalité et particulièrement en ce qui concerne l’égalité salariale. Dans la mesure où cette égalité n'est toujours pas réalisée, le Préambule n'ayant aucune valeur contraignante, il est impératif de se doter de moyens efficaces. Lire la suite.
Vendredi, 4 novembre 2011
présentée par Mesdames et Messieurs les député-e-s : Jean-Paul LECOQ, François ASENSI, Martine BILLARD, Alain BOCQUET, Patrick BRAOUEZEC, Jean-Pierre BRARD, Marie-George BUFFET, Jean-Jacques CANDELIER, André CHASSAIGNE, Marc DOLEZ, Jacqueline FRAYSSE, André GERIN, Pierre GOSNAT, Roland MUZEAU, Daniel PAUL, Jean-Claude SANDRIER et Michel VAXÈS, EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, La France entretient une relation très active avec le Cameroun. Ce pays est un de nos premiers partenaires en matière de coopération sécuritaire et militaire. Cette coopération se concrétise principalement dans la formation, avec trois écoles nationales à vocation régionale, et l’accueil en France de nombreux stagiaires. La coopération militaire vise également à l’aide à la réorganisation des forces armées. Lire la suite.
Vendredi, 4 novembre 2011
EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, L’école va mal, est en crise ou à bout de souffle. Tels sont les constats entendus depuis maintenant une vingtaine d’années au sujet de notre système éducatif. Et de noter, étude après étude, qu’au défi de la massification, engagée entre le décret Berthoin de 1959 portant la scolarité obligatoire jusqu’à 16 ans et la réforme Haby de 1975 instaurant le collège unique, ne répond toujours pas celui de la démocratisation tel qu’envisagée dès 1943 dans le programme du Conseil National de la Résistance ou en 1947 avec le plan Langevin-Wallon. Lire la suite.
Jeudi, 3 novembre 2011
EXPOSÉ DES MOTIFS Mesdames, Messieurs, Après un an de débat, le Parlement européen a adopté, le 28 septembre dernier, le paquet législatif de six textes sur la « gouvernance économique » de l’Union européenne. Ces textes, qui forment le cœur du « Pacte pour l’euro », renforcent le pacte de stabilité, imposant aux États-membres le maintien de leur déficit en dessous de 3 % du PIB et leur dette publique en dessous de 60 % du PIB. Ils prévoient la surveillance et l’évaluation des budgets nationaux en amont par la Commission européenne qui aura le pouvoir de contrôler l’application de ses recommandations et d’imposer des sanctions. Les gouvernements devront dorénavant se conformer strictement au paradigme de l’austérité : réduire les dépenses publiques et les allocations sociales, comprimer les salaires et les pensions, diminuer le secteur public et procéder à de nouvelles privatisations… Lire la suite.
Mercredi, 19 octobre 2011